Visite de l'atelier : les rabots
En sept ans, j'ai réussi à rassembler les rabots dont j'avais besoin (ou envie, soyons honnêtes...)
L'immense majorité a été trouvée en occasion.
Parfois un simple nettoyage puis un affûtage ont suffi à remettre l'outil en service. Dans d'autres cas, la restauration a été plus importante.
Dans tous les cas, ces rabots servent. Un rabot n'est pas à sa place dans une vitrine !

Certains modèles étant plutôt rares, j'ai essayé de trouver sur internet des informations pour les dater.
Tout d'abord, les rabots Stanley les plus courants.

Pour des détails sur ces outils voici le lien sur le site supertool de Patrick Leach, qui est la "Bible" des outils Stanley
De gauche à droite sur la photo ci-dessous :
n3, n4, n4 1/2, n5, n6, n5C
Vue latérale, pour mieux distinguer les différences de taille.
Le n5 a un fer courbe, pour le transformer en riflard :
Et le n5C a une semelle striée, pour diminuer les frottements (c'est la théorie, mais j'avoue ne pas sentir de différence):
La varlope Record n07

Sargent

Ces deux rabots sont made in USA.
Grâce à l'inscription VBM (Very Best Made) j'ai découvert qu'ils ont été fabriqués entre 1910 et 1918.
Le 409 est équivalent à un Stanley n4.
Le 414 est équivalent à un Stanley n5.
La particularité de ces deux rabots est que la molette de réglage de descente du fer est inversée par rapport au standard Stanley.
Plus de détails sur la restauration du 409 : cliquer ici.
Millers Falls

À gauche un 9C, équivalent au Stanley n4C
Au milieu un 15, équivalent au Stanley n5 1/2
À droite, un rabot reconstitué... semelle Sargent, fer Millers Falls
La semelle du 9C (Corrugated = striée)
Juuma

Certains modèles de rabots sont très difficiles à trouver, ou bien sont hors de prix.
C'est pour cela que j'ai acheté neufs ces 3 Juuma.
Stanley n62

Il m'a fallu 6 ans pour enfin trouver ce n62 !
Il est nettement plus léger que son équivalent Juuma ci-dessus.
Plus de détails sur la restauration du 62 : cliquer ici.
Stanley n18

D'après ce site permettant de dater les rabots de paume Stanley , ce modèle a été fabriqué entre 1898 et 1901.
Même constat de différence de poids avec les équivalents Juuma. En fait, les deux se complètent.
Pour certains travaux il est utile d'avoir un rabot plus lourd, avec une certaine inertie. Dans d'autres cas, il vaut mieux qu'il soit plus léger et maniable.
Stanley n93

Un guillaume bien pratique. J'aimerais bien trouver un 91, moins long, mais c'est rare...
Stanley n78

Le rabot à feuillures par excellence.
Celui de droite est le premier que j'ai acheté, il faisait partie d'un lot, mais il lui manquait la butée de réglage de profondeur.
Stanley n45

Dans le lot avec le 78 incomplet ci-dessus, il y avait ce beau n45.
Il n'avait qu'un seul fer, mais j'ai eu de la chance. J'ai demandé à la vendeuse (sur leboncoin) si elle pouvait vérifier dans l'atelier s'il n'y avait pas d'autres fers. Cette dame était tellement contente que les outils de son grand-père aient une nouvelle vie, qu'elle me les a envoyés en refusant que je paye !
Stanley n51

Je ne le cherchais pas spécialement, mais le jour où je l'ai trouvé, je n'ai pas hésité, tant ce modèle est rare.
C'est le rabot à recaler par excellence.
Plus de détails sur la restauration du 51 : cliquer ici.
Stanley n79

Cet autre rabot spécial sert à ajuster les rainures.
Stanley n95

Encore un rabot spécial.
Celui-ci sert à obtenir un chant à angle droit à partir d'une face de référence.
Comme j'aime bien connaître l'histoire de mes outils, je pose souvent la question aux vendeurs. Et j'ai été comblé quand j'ai reçu le message ci-desous :

"Ce petit rabot appartenait à un luthier italien, xaveiro grizzo, installé rue ramponneau à Paris. Parmi ses nombreux clients, un certain Georges Brassens. J'ai rencontré Grizzo il y a presque 50 ans. J'avais 12 ans à l'époque. J'étais venu le voir avec mes très faibles économies pour lui commander une guitare d'étude. Non seulement, il ne m'a pas mis dehors, mais il m'a proposé de fabriquer cette guitare(que je joue toujours) pour un prix ridiculement bas à condition que je vienne l'aider. Donc tous les jeudis, j'allai passer l'après-midi dans son atelier. Ma guitare était magnifique avec un son exceptionnel pour un instrument d'étude. Je suis reparti avec mon trésor et en guise d'amitié, ce petit rabot pour faire de jolis "cippato" (copeaux en italien). Ces copeaux ne m'ont jamais quitté. Je suis devenu menuisier. Ce petit 95 est resté à mes cotés durant toute ma carrière. Aujourd'hui vient le temps de la transmission. Je suis absolument ravi qu'il continue, dans vos mains, à faire de jolis copeaux."

D'après ce site permettant de dater les fers Stanley , ce modèle a été fabriqué entre 1922 et 1935.


Stanley n71 1/2 et 271

Un des outils les plus difficiles à trouver en occasion : la guimbarde (router plane en anglais).
Plus de détails sur la restauration du 71 1/2 : cliquer ici.
Retour à la liste de mes outils
Retour à l'accueil