Restauration d'un Stanley n51
Ce rabot, d'un modèle pas très courant, est arrivé avec 4 petits problèmes :
1 : la lumière est ébréchée.
2 : le presseur n'est pas d'origine.
3 : le contre-fer non plus...
4 : la poignée est abimée.


Le plus gros souci, c'est le point 1 : je me débrouille avec le bois, mais travailler le métal ce n'est pas mon truc... Il faudra trouver de l'aide.
Pour les points 2 et 3 le site supertool.com indique : "If you find yourself in need of a replacement cutter or lever cap, both are identical to those used on a #6".
Donc le remplacement pur et simple est possible en prenant ces éléments sur un n6.
Pour le point 4, alors que la poignée est réparable, autant récupérer aussi une poignée sur le même "donneur d'organes".
Vue latérale, avant restauration :
Vue de dessous de la lumière :
Au démontage, je m'aperçois qu'en plus la vis du contre-fer n'est pas standard, il faut un outil pour le désolidariser du fer... outil que je n'ai évidemment pas !
Prélevés sur un n6, le fer et le contre-fer Stanley jureront moins sur le n51 !
Par chance, le fer est d'origine.
Et cela me permet, grâce au site timetestedtools.net de dater le rabot de 1920 ou 1921.
Quelques mois plus tard (un grand merci à Jean-Paul pour cette soudure !) je peux continuer la restauration...
Autre souci : le fer avait été très mal affûté par le dernier propriétaire... Cela demande du temps pour le remettre d'équerre, mais c'est dans mes cordes.
Vue sur la lumière réparée, avec le fer en place.
Premier essai, sur un bout de pin.
Comme je m'y attendais, c'est nettement plus confortable d'utiliser ce rabot, avec sa poignée bien orientée.
Second avantage : la joue dont la surface est bien plus importante que sur un rabot standard, permet d'avoir un rabot bien stable.
Troisième avantage, et le plus important à mon sens : le fer étant oblique, l'attaque de la pièce à travailler se fait en douceur.

Il ne me reste plus maintenant qu'à fabriquer une planche à recaler digne de ce vénérable n51 quasi centenaire !
Retour à la liste de mes outils
Retour à l'accueil